L’APPRENTIE…08

Categories: Genel.

Haz 23, 2021 // By:analsex // No Comment

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blonde

L’APPRENTIE…08SUITE DE “L’apprentie…07″PRENDRE CE RÉCIT AU CHAPITRE 7 N’A PAS GRAND INTÉRÊT, N’HÉSITEZ PAS A LIRE LA TOTALITÉ DE CETTE HISTOIRE EN VOUS RENDANT SUR MON PROFIL POUR Y TROUVER LES CHAPITRES PRÉCÉDENTS Lorsqu’elle se réveilla, elle essaya de rassembler ses idées. Elle ne voyait plus qu’un immense trou noir. Elle sentit une douleur sourde derrière la tête, comme si elle avait été assommée.Les images lui revinrent sans qu’elle puisse les assembler pour en faire une histoire cohérente. Elle se rappelait vaguement d’avoir quitté Ange. Etait-ce lui qui l’avait agressé ? C’était ce qu’elle redoutait à chacune de ses visites. Mais, comment s’y serait-il pris ? La laisse, le bracelet électronique … tout cela lui semblait impossible.Elle essaya de se lever et elle se rendit compte qu’elle était entravée avec une paire de menottes à ses chevilles. La brume dans laquelle elle flottait, se dissipait peu à peu.Elle se souvenait maintenant d’avoir vu ses deux chiens qui gisaient dans l’allée qui menait chez elle. Où était sa petite Angela ?Elle était plongée dans le noir et elle ne distinguait rien qui puisse lui donner un indice du lieu où elle se trouvait. Elle sentait une odeur de moisi ou d’humidité sans parvenir sans parvenir à déterminer laquelle était la plus présente. Tout ses sens étaient en éveil, à l’affut du moindre indice. Il sembla qu’un souffle d’air frais s’enroulait autour d’elle. Bientôt, elle frissonna et c’est à ce moment-là qu’elle perçut le froid qui régnait dans sa prison.Elle était allongée sur quelque chose de mou. Elle en explora les contours et se rendit compte qu’il devait s’agir d’un vieux matelas posé à même le sol humide. Elle se redressa en s’arcboutant sur ses coudes et elle aperçut dans le fond quelque chose de plus clair qui avait la forme d’une porte.Vanessa sentit dans sa bouche un gout amer, comme si elle avait avalé un médicament. Peut-être avait-elle été droguée ? Elle n’avait pas la possibilité de se rendre compte du temps qui s’était écoulé depuis son enlèvement. Quelques heures ? Peut-être plus ? Peut-être moins ?Elle refit mentalement le trajet qui l’avait conduit jusqu’à sa maison en espérant se souvenir d’un détail qui lui aurait échappé. Elle secoua la tête désespérée, rien ne lui revenait, que ce grand trou noir. Elle chercha également qui pouvait être l’auteur, le commanditaire de sa séquestration.Le premier nom qui lui vint à l’esprit, ce fut Ange ou sa famille. Elle avait eu à faire à eux à de nombreuses reprises. Les Di Marco ne traitaient pas de cette façon leurs différends. Ils étaient beaucoup plus directs. Elle se serait faite tabassée ou rackettée. Voir même, ils s’en seraient pris à Angela.Elle eut bien l’idée que Narcisse fut mêlé à cette histoire. D’après ses renseignements, il était à Paris et coulait des jours paisibles. Elle savait même qu’il avait repris son petit commerce sous une forme plus lucrative et moins risquée. Elle ne put s’empêcher de sourire lorsqu’elle pensa au nom de son site. Narcisse Voyeur. Simple, explicite, efficace. Et, toujours des photos de grande qualité. Il était vraiment un très bon photographe. Qu’est-ce qu’il serait venu faire à Champezac où il aurait été reconnu sur le champ ? Elle aurait été avertie par ses clientes qui n’auraient pas manqué de lui en parler.Elle sentait maintenant le froid qui la transperçait. Elle essaya de s’en protéger en se recroquevillant. Il lui sembla entendre un crissement régulier qui provenait des profondeurs. Tendant l’oreille, elle reconnut le petit bruit de l’eau qui coule. Etait-elle dans une grotte ? Alors, pourquoi une porte ou ce qui y ressemblait ?Peu à peu, la panique la gagnait. Elle entendait des bruits inquiétants, des voix qui lui semblaient provenir d’à côté, des bruits de pas dans un couloir voisin. Et, surtout, elle sentit sur ses mollets ce qu’elle prit pour des fourmis ou des araignées qui lui montaient dessus.Elle se mit à hurler de toutes ses forces, à la fois pour tenter d’exorciser sa terreur et pour appeler à l’aide. Elle cria quelques instants, puis attendit qu’il se passe quelque chose. Les sons sortaient de sa bouche comme étouffés. La panique l’empêchait de penser.Elle reprit ses hurlements durant de longues minutes dans l’espoir de sa faire entendre. La terreur l’avait à présent envahie. Sa voix cassée ne portait plus. Elle essaya de se défaire de ses menottes. Elle se contorsionna en tirant sur chacun des bracelets Elle hurlait de douleur tant elle s’acharnait sur ce morceau de métal. Leur contact sur sa peau déchirée lui causait des douleurs intolérables. Elle se rendit compte, finalement, qu’elle n’arriverait à rien et qu’elle était condamnée à attendre.Elle réussit à se persuader qu’elle n’avait pas été abandonnée par son ravisseur et qu’il viendrait au moins la voir pour savoir comment elle allait. Elle grelottait, sans pouvoir se réchauffer. Elle n’était plus qu’une poupée de chiffon, inutile, abandonnée dans un recoin sombre à la merci d’un monstre.Narcisse consulta sa montre. Il devait se hâter pour être là au moment karşıyaka escort où Vanessa se réveillerait. Il scruta encore avec sa longue-vue les abords du Yin-Yang sans y trouver ce qu’il cherchait. Protégé par les fourrés qui bordaient le centre, il était sûr que sa présence n’avait pas été remarquée. Il se retira prudemment en rampant jusqu’aux premiers arbres et se releva pour enfourcher sa moto.Il s’était préparé comme lorsqu’il était reporter de guerre. Il avait repris ses vieilles habitudes afghanes. Tenue de camouflage et autarcie. Il ne voulait dépendre que de lui-même. Il avait fait l’acquisition d’une grosse cylindrée tout terrain et s’était souvenu d’une vieille champignonnière dans laquelle il avait élu domicile. Il l’avait aménagée comme il avait pu, se contentant d’un confort sommaire : un vieux matelas qu’il avait transbahuté comme il avait pu, un duvet et un réchaud. Il avait fait provision de rations militaires qui lui suffiraient pendant les quelques semaines qu’il passerait avant de passer à l’action. .Malgré tout le soin qu’il avait mis à la préparation de cette opération, il n’était pas certain de sa réussite, ni de la coopération de Vanessa. Il se revoyait tenant la photo et l’éclair qui avait surgi de son cerveau. Tout lui était apparu, alors, si évident. Il ne s’agissait plus pour lui d’une simple vengeance destinée à lui faire retrouver son honneur, mais d’autre chose autrement plus important et motivant.Le sort de Ange, pour lui, était déjà définitivement réglé. Bien qu’il ne l’ait jamais vu depuis qu’il observait le centre, il en avait conclu qu’il avait disparu et, finalement, peu lui importait la raison. La réaction de la famille Di Marco l’inquiétait davantage, mais il se savait suffisamment solide et suffisamment fort désormais pour l’affronter.La moto zigzaguait entre les troncs d’arbres suivant une vague sente dans la forêt qui s’épaississait. Arrivé à un petit promontoire, Narcisse posa pied à terre et cacha la moto dans l’anfractuosité d’un énorme rocher et la recouvrit de branchages Elle était maintenant invisible. Il continua à pied et redescendit quelques mètres en contrebas. Au pied du rocher, il se faufila dans un épais buisson et atteignit une porte métallique. Fouillant dans ses poches, il en ressortit une énorme clé qui qu’il introduisit dans la serrure. La porte s’ouvrit silencieusement, comme si elle venait d’être huilée.Narcisse prit une lampe torche et le faisceau blanchâtre éclaira l’endroit lugubre. On apercevait une voute en mauvais état et, au sol, les restes d’un pavage. Au fond, une autre porte à peine entrouverte donnait sur un couloir sombre. Il referma la porte et se dirigea vers l’ouverture. Il arriva dans un renfoncement dans lequel on apercevait deux portes qui se faisaient face IIl introduisit la même clé dans celle de droite et l’ouvrit avec précaution. Il pensait que sa prisonnière était encore endormie. Il avait augmenté un peu la dose de somnifères pour être sûr que Vanessa serait plongée assez longtemps dans un sommeil artificiel.Il fut accueilli par un hurlement. De sa voix éraillée, elle appelait à l’aide. Il s’arrêta interloqué. Vanessa continua à hurler sa terreur sans qu’il puisse réagir. Lorsqu’elle éclata en sanglots, il s’approcha d’elle dirigeant de rond de lumière sir son visage. Aveuglée, elle se roula en boule, pour se protéger de son agresseur.Dans l’appartement de Madame, Ange s’inquiétait. Le repas qui devait lui être servi ne l’était toujours pas. Il était presque vingt deux heures et Madame n’avait plus donné le moindre signe de vie. Il s’était débrouillé comme il avait pu avec les restes des jours précédents, pensant qu’il s’agissait une énième vexation. Il s’inquiéta de son absence. Il savait qu’il n’avait aucun moyen de communiquer avec l’extérieur. S’il se débarrassait de son bracelet, l’alarme serait immédiatement donnée à Madame. Et il ne prendrait pas ce risque. Les conséquences seraient à la hauteur de la faute commise.Et encore que cette histoire de bracelet se résolve, il se baladerait à poil dans le centre avec sa bite en cage. Ce qui lui semblait totalement impossible. Il savait qu’il était condamné à attendre le retour de Vanessa. Pourtant, il aurait tellement voulu lui venir en aide, qu’elle comprenne qu’il avait changé, qu’il n’était plus le même. Il s’en voulait à chaque seconde de l’avoir trompée, délaissée comme il l’avait fait.Il essaya vainement de se défaire de sa prison métallique. Il réussit seulement à se meurtrir la bite et les couilles. Il chercha dans la cuisine un ustensile qui pourrait lui servir à forcer le cadenas. Il l’avait mainte fois explorée sans succès. Il retourna les tiroirs un par un sans rien trouver. Madame lui donnait des couverts en plastique qui casseraient au moindre effort. Il fouilla un dernier tiroir et sentit sous ses doigts un objet froid qu’il tira à lui.Il s’agissait d’un ouvre-boite qui servait également de décapsuleur. Madame se servait quelque fois une bière et il ne s’était jamais demandé comment elle karşıyaka escort bayan s’y prenait pour l’ouvrir. Il venait d’avoir la réponse.Il introduisit la longue tige cylindrique dans le cadenas et força dessus dans l’espoir de l’ouvrir. Il sentit l’anse céder sous la pression en même temps que le métal de sa cage de tordait. Il fit un dernier effort avant de tout briser. Les petits morceaux métalliques, en touchant le sol, tintèrent dans la pièce. Ange était enfin libéré.Il lui restait maintenant à trouver le moyen de sortir de sa prison. Il explora chaque recoin de l’appartement à la recherche d’un boitier ou de quelque chose qui pourrait le délivrer. Il lui importait avant tout de trouver de quoi s’habiller. C’est en vain qu’il chercha des vêtements qui lui conviendraient. Il se résolut à enfiler une jupe et à passer un des corsages de Vanessa. Il n’aurait que quelques dizaines de mètres à parcourir avant d’entrer dans le hall et d’atteindre le vestiaire des profs.La porte d’entrée était hermétiquement fermée. Il voyait le boitier et la petite lumière clignotante rouge. Il aurait donné tout ce qu’il avait pour la voir passer au vert. Il savait que Vanessa était la seule détentrice de la carte magnétique qui était synonyme de liberté.Il pensa qu’il valait mieux d’abord réfléchir que de vouloir sortir à tout prix. C’est lorsqu’il aurait évalué tous les risques qu’il pourrait de lancer dans sa tentative de fuite. Il y avait bien l’étroite fenêtre qui donnait à l’arrière du club, mais il devait trouver comment l’atteindre, comment l’ouvrir et surtout enlever au dernier moment son bracelet, alors qu’il n’avait qu’un ouvre-boite !Il se rendit compte alors que ce qu’il avait pris pour une victoire ne représentait pas grand-chose à côté de ce qu’il lui restait à accomplir. Il était décidé, malgré toutes les difficultés, à en terminer avec ce que lui faisait subir Vanessa. Elle l’avait écarté de la gestion du club tout en laissant croire à la famille qu’il était un incapable qui compromettait toute l’entreprise. Il se dit qu’il refuserait, à l’avenir, toute soumission et qu’il reprendrait les rênes qu’il n’aurait jamais dû lâcher.Vanessa s’assit et affronta l’homme qui l’approchait en l’invectivant. Narcisse comprit alors que le temps, malgré les précautions prises, était passé plus vite qu’il ne l’avait pensé. Elle s’était réveillée trop tôt, contrariant ce qu’il avait imaginé.Retournant le faisceau de la lampe dans sa direction, il s’adressa à sa prisonnière :Vanessa, c’est moi, Narcisse ! Je ne te veux aucun mal !Vanessa ne semblait pas avoir entendu celui qui venait de lui parler. Elle se mit à hurler de sa voix cassée. Elle se débattait contre ce qu’elle pensait être un danger. Ses poings frappaient l’air, tandis que son corps roulait de droite à gauche. Elle s’arrêta quelques instants, pensant sans doute avoir vaincu le fantôme qui la hantait.Narcisse restait immobile, pétrifié. Il fit à nouveau un pas dans sa direction provoquant les mêmes réactions de Vanessa. Il se décida à avancer et il la prit dans ses bras pour la serrer contre lui et tenter de l’immobiliser dans l’espoir qu’elle ne se calme un peu et qu’elle puisse enfin écouter ce qu’il avait à lui révéler.Il n’avait pas pensé se retrouver dans cette situation. Il avait décidé à s’en tenir à son scénario initial, pensant qu’elle refuserait toute rencontre avec lui. Son enlèvement était le seul moyen qu’il avait trouvé pour qu’elle écoute ce qu’il avait à lui révéler.Vanessa hurlait toujours, essayant de se débattre et de se soustraire à son ravisseur. Narcisse la serra encore plus fort contre lui, essayant de contenir sa rage, sans davantage réussir à l’apaiser. Prenant une inspiration, il leva sa main et lui donna une gifle magistrale dans l’espoir de la calmer.Vanessa hoqueta plusieurs fois avant de reprendre son souffle. Elle s’était tue, se recroquevillant à nouveau pour se protéger de son agresseur. Narcisse s’approcha et prit la clé qui ouvrirait les menottes fixées à ses chevilles. Elle comprit qu’elle ne risquait plus rien, dans l’immédiat. Le petit clic résonna dans la pièce voutée. Vanessa se leva d’un bond, prête à se précipiter en direction de la porte entrouverte. Elle ne fit que quelques pas en chancelant avant de s’écrouler à terre. Narcisse la prit dans ses bras et la reposa délicatement sur le matelas. Il tira de son sac à dos le duvet avec lequel il l’enveloppa pour la réchauffer.Il versa un peu d’eau dans le réchaud et lorsqu’elle bouillit, il y trempa un sachet de thé. Vanessa reprit conscience. Elle eut à nouveau la tentation de s’en prendre à nouveau à celui qu’elle considérait comme son agresseur. Elle le vit agenouillé près d’elle et comprit qu’elle ne pourrait pas s’échapper.Une voix qu’elle reconnut aussitôt lui parvint comme dans un rêve. Elle l’interrompit dans un souffle retenu :- Narcisse, c’est vous ? C’est bien vous ?- Oui, Vanessa ! Je suis là ! C’est moi, Narcisse.- Laissez-moi partir !- Non, pas comme ça ! Ecoute-moi d’abord ! Tu ne vas escort karşıyaka sans doute pas me croire, mais tout ce que je vais te dire, c’est la vérité. Je te le jure.- Si c’est pour de l’argent, j’ai ce qu’il faut, et largement.- Il ne s’agit pas de cela ! J’en suis loin, maintenant ! C’est effectivement ce que je voulais faire en venant ici !- Vous venger, c’est ça ?- Oui, mais plus maintenant ! Nous avons des intérêts communs !- Je comprends … Je savais bien que nous nous reverrions un jour ! J’avais juste espéré que ce soit dans d’autres conditions.- Vanessa, écoute ce que j’ai à te dire …Ange n’avait rien trouvé pour ouvrir la petite fenêtre. Il se résolut à empiler des chaises sur la table qu’il avait approchée du mur. L’ensemble formait une pyramide brinquebalante qui lui permettrait de l’atteindre, à condition qu’il ne se casse pas la figure avant.Il lui restait à trouver le moyen d’enlever le bracelet électronique. Malgré toutes ses recherches, il n’avait rien d’autre à sa disposition que l’ouvre-boite. Autant dire rien ! Il avait bien essayé de s’en prendre au boitier électronique, sans succès. Il ne l’avait même pas éraflé.Dans la situation où il était, il ne risquerait plus grand-chose. Il se disait même qu’avec un peu de chance, Vanessa n’avait pas remis l’alarme ou même qu’elle n’existait que dans sa tête. Quel risque courrait-il à sauter dans la cour ? Il était peu probable que Madame ait pris le risque de faire sonner une alarme dans le club au risque que ses employés et les clientes découvrent le pot aux roses.Sa décision était finalement prise. Il fallait qu’il tente le tout pour le tout. C’est la première occasion qu’il avait de pouvoir s’échapper. Après, il verrait.Il escalada la pyramide et se retrouva devant la petite fenêtre. Il constata que le verre n’était pas renforcé et qu’un coup de coude bien placé suffirait à la faire sauter.Il n’avait pas pensé au bruit du verre brisé s’écrasant au sol. Il était trop tard pour reculer. Il se hissa et tenta d’éviter les morceaux de verres fichés dans le châssis.Malgré ses précautions, il s’entailla profondément l’avant-bras avant de prendre appui en équilibre sur le rebord cimenté de la fenêtre. Il distinguait à peine le sol dans l’obscurité de la nuit naissante. Il sauta sans trop se préoccuper de là où il atterrirait. La masse sombre lui semblant plus accueillante que l’allée de graviers.Il se réceptionna assez bien et courut se mettre à l’abri dans un buisson proche. Il ne se passait rien dans le club. Pas d’alarme, pas de vigiles à sa recherche. Il était convaincu maintenant d’avoir été berné par Vanessa. Les ressentiments qu’il avait contre elle, se transformèrent en colère sourde puis en rage froide. Celle des Di Marco.Il fit le tour du bâtiment et pénétra dans le hall. A cette heure tardive, il ne craignait pas de rencontrer quelqu’un dans son accoutrement. Il se dirigea vers le bureau de Madame et, surpris, il se rendit compte que la secrétaire était encore présente. Elle avait l’air de s’ennuyer ferme et d’attendre, sans trouver de quoi s’occuper.Ange s’approcha d’elle et lorsqu’elle le vit, elle ne put réprimer un sourire. Il avait oublié, à cet instant, qu’il portait la jupe et le corsage de Vanessa. Elle n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche. Ange la serra par le cou l’empêchant de respirer. La jeune femme suffoquait et agitait ses bras pour tenter de se dégager de l’emprise de son agresseur. Il la regardait, indifférent. Enfin, il desserra son étreinte et de sa voix éteinte, il lui demanda :- Alors, salope, dis-moi où elle est ?- Je ne sais pas, Monsieur Ange, je vous jure que je ne sais pas …Ange la relâcha et la fixa d’un regard glacé. La jeune femme remettait de l’ordre dans sa tenue et essayait de reprendre ses esprits. Elle ne vit pas la main se lever et s’abattre sur elle. Sonnée, sa tête cogna sur le rebord du bureau.- Réponds-moi, salope, quand je te pose une question ! Elle est où ?A nouveau, il leva le bras. La secrétaire se cacha le visage en repliant ses bras pour tenter de se protéger. Ange glissa sa main dans l’échancrure de son corsage et se saisissant de son sein, il le tordit en l’écrasant avec ses doigts. Elle se mit à geindre de douleur, le souffle coupé.- Alors, salope ? lui répéta-t-il de la même voix.- Je ne sais pas, je ne sais pas où elle est. Lâchez-moi, vous me faites mal ! Je dois l’attendre, c’est les ordres de Madame. C’est tout ce que je sais. Lâchez-moi, s’il vous plait !- Tire-toi d’ici, salope ! Fous-moi le camp !La secrétaire se leva précipitamment et sortit du club le visage zébré du sang qui coulait de son arcade. Elle se retourna quand elle entendit un fracas de chaises voler dans le bureau de Madame puis, elle se mit à courir jusqu’à sa voiture garée dans le parking.Ange, en rage, cassait tout ce qui lui passait sous la main. La pièce était méconnaissable. Les fauteuils éventrés gisaient au sol, de l’armoire renversée s’échappaient des dossiers dont le contenu épars colorait le plancher, le vase brisé en mille morceaux et les fleurs arrachées jonchaient le bureau. Enfin, Ange vaincu par son ardeur s’arrêta un court instant pour reprendre son souffle. Il avisa l’ordinateur, s’apprêta à le fracasser quand il suspendit son mouvement.C’était, sans doute, dans cette saloperie qu’il trouverait les réponses à ses questions…A SUIVRE SELON VOS COMMENTAIRES…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

About analsex

Browse Archived Articles by analsex

Related

Sorry. There are no related articles at this time.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

gaziantep rus escort kurtköy escort didim escort sakarya escort bayan sakarya escort bayan maltepe escort escort ankara escort ataşehir escort üsküdar escort kartal escort mersin escort izmir gaziantep escort ankara escort izmir escort ensest hikayeler escort ümraniye markantalya escort ataşehir escort kadıköy escort maltepe escort gaziantep escort bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri
bursa escort kocaeli escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort sakarya escort